5 bonnes pratiques pour des étiquettes optimisée

Dernière étape de la phase de préparation, l’étiquetage peut sembler ne présenter aucune complexité. C’est cependant une des étapes les plus importantes. Une étiquette mal collée, mal écrite ou incomplète et c’est la livraison qui est remise en question. Voici donc cinq bonnes pratiques à respecter pour être sûr que vos étiquettes sont optimisées

 

 

• En cas de doute sur le format de l’adresse, notamment pour les destinations étrangères, référez-vous au système d’adressage de l’UPU (Union Postale Universelle).

• Mieux vaut ne pas dépasser 5 lignes et écrire en lettres capitales, dans un souci de lisibilité. Évitez toute rature ou mention manuscrite sur l’étiquette qui entraverait la lecture automatique de cette dernière.

• Ne pas oublier de préciser le bâtiment, l’étage, le palier et/ou le digicode le cas échéant ; cela évitera au livreur de procéder à une seconde présentation ou au destinataire d’aller récupérer dans point de retrait alors qu’il était présent à son domicile.

• En cas de réutilisation de boîtes, ne pas omettre de retirer les anciennes étiquettes et/ou de couvrir les adresses si elles ont été écrites directement sur l’emballage.

• Dernière recommandation en forme d’évidence : placez l’étiquette sur le haut de l’emballage ! En effet, les colis sont la plupart du temps «mécanisés», c’est-à-dire placés sur une plateforme où ils sont flashés par un automate situé en hauteur. Pour faciliter le travail et éviter un traitement manuel synonyme de perte de temps, bien apposer l’étiquette sur le haut, et parallèlement à une tranche du colis, surtout pas en diagonale.

Téléchargez le livre blanc.

Toutes les bonnes pratiques pour comprendre et manager sa E-Logistique.

Télécharger



Pin It on Pinterest